Hommage à Jean-Marc Hager

Portrait de Jean-Marc (1956-2017)

Un bandana vissé sur la tête, une salopette bleue, du papier de journal à la place des chaussettes, une clope au bec, on pouvait te reconnaître de très loin comme de près. Un personnage haut en couleurs, un terrien digne des romans de C.-F. Ramuz ou des poèmes de Gustave Roud. Mais aucun écrivain n’aurait pu en inventer un comme toi. Et pour nous tous, tu étais et resteras Jean-Marc ou « l’Indien ». Souvent en route mais jamais pressé, parce que, selon ta devise, à la montagne « c’est comme à la poste », on doit savoir attendre et selon ton expression «  à la montagne ça change tout le temps ». Lire la suite ›

Publié dans Courses

Première neige

Un cadeau avant l’heure, une petite joie qui nous laisse sans voix. Un dessert attendu, une double crème à faire pleurer de bonheur l’Abbé Bovet, lui même …

Publié dans Courses

La Tourche, 2198m

Le plateau des Martinaux, où est implanté le chalet du ski club de Lavey, est un véritable balcon sur le Léman et sur le Chablais valaisan. On monte là-haut par une incroyable succession de virages de la petite route qui rallie Lavey à Morcles tout d’abord, en vingt-neuf épingles à cheveux d’une route étroite et raide. Puis, quelques centaines de mètres après Morcles, la route évite par une courbe à droite le grillage du fort militaire et repart pour une quinzaine d’autres épingles, jusqu’au parking du petit ski-lift. Il y a largement de quoi donner le tournis aux plus aguerris des conducteurs. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Sur la Haute Route Bernoise – Sanetsch-Iffigenalp

La lenteur serait le luxe suprême selon Nicolas Bouvier. Une sieste, un repas dans une auberge de montagne ou une rentrée tardive permettraient de prolonger le plaisir et de recharger encore plus les batteries avant le retour en plaine. Dans le cadre de nos grandes traversées des Alpes, je pense avoir bien intégré cette philosophie. En effet, entre mes estimations approximatives des temps de marche, les aléas de la route, le temps des embrassades, mille petites choses peuvent encore s’accumuler pour retarder l’heure présumée d’arrivée au gîte. Même si Monsieur Jean de la Fontaine nous apprit en son temps qu’il fallait savoir partir à temps, j’ai fait plus d’une fois l’expérience d’un départ avant le lever du soleil et, néanmoins, d’une arrivée bien après son coucher. Mais bon, un coucher du soleil derrière la ligne du Jura, ou mettant virtuellement le feu au Léman, est une expérience qui mérite aussi d’être vécue, même si pour ça, la dernière heure de trajet doit s’effectuer à la lueur des lampes frontales ou de celle des phares. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Le bisse de Vex

Fort en math, se basant sur un théorème abscond qui démontre que, pour une distance donnée, les plus petits font plus de pas que les plus grands, Julien avait proposé une balade accessible à tous, en particuliers à tous ceux que les longues traversées vertigineuses rebutent, à ceux qui ont les genoux qui couinent, les pieds plats, les jambes trop courtes ou le sommeil trop profond pour pouvoir se lever avant l’aube. La jolie balade de 4.6km, aller et retour, le long du grand bisse de Vex entre Veysonnaz et les Mayens-de-Sion est toute plate et convient bien à ceux qui veulent promener leur progéniture en pousse-pousse ou leur grand-père en chaise roulante, même si, bien qu’ayant atteint ce statut, je n’en suis pas encore tout à fait là. Lire la suite ›

Publié dans Courses

La Pierre du Moëllé

Posée à côté du restaurant, bordant le petit parking, la Pierre du Moëllé est un gros rocher large, incongru, comme tombé du ciel juste au niveau du col, ou posé là par Gulliver, ou peut-être encore était-ce un Ork vert monstrueux et musculeux qui se serait fossilisé là, terrassé par le manque d’oxygène et séché par la chaleur estivale intense. A vrai dire, cette pensée n’est ni hasardeuse, ni éloignée de la réalité du moment. A cet instant de la journée, le col est écrasé par un soleil de plomb qui semble repousser les rares atomes d’oxygène loin au-delà des crêtes, là où l’ombre des parasols accueille des formes alanguies et ambrées et où la fraicheur de la bière condense l’air humide qui s’écoule lentement sur l’extérieur des verres. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Abattage au chalet

La tronçonneuse venait de s’arrêter. Tous les regards étaient tournés vers un petit groupe d’arbres orienté vers les Dents du Midi, juste à côté de la balançoire. Pendant quelques secondes, un silence profond s’était installé et plus rien ne bougeait ; tout était comme arrêté, suspendu. Puis, un craquement bref et sec se fit entendre et, lentement, le tronc prit de l’angle, de la vitesse et s’abattit enfin dans un froissement souple et sourd. Le dernier des douze épicéas prévus pour l’abattage venait de tomber, exactement dans l’alignement visé par le bûcheron et l’axe du câble de traction. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Pouetta-Raisse

IMG_0268 IMG_0278  IMG_0315 IMG_0324 IMG_0327 IMG_0335  IMG_0347

Sous le plafond bas du ciel nuageux, les volutes de brume qui collent sur le flanc de la forêt sombre, en se traînant, donnent à la côte au-dessus de Vuiteboeuf une allure d’île tropicale. L’atmosphère ressemble à s’y méprendre à celle de ces à-pics verdoyants de l’Ile de la Réunion, floutés par le brouillard accroché aux crêtes des cirques profonds. A cet instant, le balai incessant des essuie-glaces laisse présager des sentiers glissants, des vêtements crottés et une moiteur inconfortable dans la parka dégoulinante. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Blanc de Moming 3661m

P1040899 P1040912 P1040923 P1040942 P1040954 P1040958 P1040975 P1040994

Jusque-là tout était encore un peu terne. Zinal montrait son visage d’arrière-saison, déserté, presque sans vie et la salle du seul bistrot ouvert n’accueillait qu’un unique client, assis à une table latérale, immobile, presque boudeur, comme désœuvré. L’ombre des hautes montagnes alentours gommait les couleurs et fondait les contrastes, mais peut-être aussi, n’était-ce que le reflet de mon esprit encore embrouillé à cette heure presque matinale. A la sortie du village, il suffit de passer le pont. Il suffit de passer le pont, C’est tout de suite l’aventure… chante Georges Brassens, dont l’adn montagnard s’arrête vraisemblablement à sa moustache, son esprit étant tout à son art pour visiter la nature humaine et cueillir la frêle primevère sous les feuillages virevoltants. Lire la suite ›

Publié dans Courses

La Porte Noire

IMG_0154 IMG_0173 IMG_0193 IMG_0204 IMG_0214 IMG_0216 IMG_0218 IMG_0224

Il doit être écrit quelque part que cette saison de ski ne sera pas comme les autres. A la difficulté de trouver de bonnes conditions d’enneigement, s’ajoute encore celle d’avoir une météo suffisamment stable, puis, quand le soleil s’annonce enfin, de trouver de la place dans les cabanes et dans nos agendas respectifs. Ainsi, ce dernier weekend nous a vu nous disperser tous azimuts, l’une au Mont-Tellier, l’autre dans la vallée de Gressoney, un troisième au col Durand, et nous, petite paire résiduelle, sur une course de substitution. Lire la suite ›

Publié dans Courses