Première neige de l’année …

img_0052 img_0053 img_0056 img_0057

Publié dans Courses

Noël en Billens

_dsc0377      mixetremix_neige_03

img_4165 img_4162 img_4159

Ce n’était évidemment pas les conditions que nous attendions.

En novembre, une couche de soixante centimètres de belle crème blanche recouvrait les pâturages et les myrtilliers du Molard, nous laissant rêver à un Noël blanc et un hiver extraordinaire. Mais une semaine plus tard, un fort courant du Sud nous amène le foehn et fait apparaître ça et là les premières dents de lion, et six semaines plus tard, le traineau du Père Noël est en rade quelque part entre Korvantunturi en Finlande et Droeback en Norvège, faute de neige pour le faire glisser. Les livraisons des commandes des enfants méritants devraient donc se faire par DHL ou FedEx, comme quoi, s’il faut admettre qu’on n’arrête pas le progrès, on peut aussi faire la réflexion que tout fout le camp ! Lire la suite ›

Publié dans Courses

Première neige au Molard

20161112_13394120161112_13430820161112_11533120161112_13103420161112_11431420161112_111019

 

Publié dans Courses

Mont Vully

rsz_1img_4112 rsz_img_4130 rsz_img_4126 rsz_img_4105 rsz_img_4094 rsz_img_4093

Le plafond nuageux était très bas ce dimanche-là. La température avait chuté pendant la nuit et les précipitations abondantes de la veille avaient fini par blanchir les crêtes et les clairières du Jura que l’on distinguait ça et là au travers de trouées, formant des taches plus claires aux contours imprécis, se mêlant aux multiples nuances de gris des bancs de brumes trainants. Le ballet intermittent des essuie-glaces laissait penser que cette journée serait très humide et donc, par précaution, un parapluie avait été glissé dans chaque sac. Néanmoins, après une brève bruine, qui nous rappelait de vivifiants souvenirs bretons, le temps fut plutôt clément et quelques belles ouvertures bleues vinrent ponctuer cette agréable balade. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Contre Van et marée

img_3886 img_3863 img_3851 img_3842 img_3841 img_3826

Enchâssé dans le cirque formé par les Dents du Midi et la Tour de Sallière, six cents mètres au-dessus du vallon de Van, le lac artificiel de Salanfe se rejoint, par un chemin raide et caillouteux qui sinue dans la pierraille des dévaloirs, entre les hautes parois de granit sombre et les mélèzes épars, jusqu’à atteindre la couronne du barrage. Depuis la rive du Rhône déjà, on ressent l’étrange sensation d’apesanteur de ce décor vertical, fait de masses noires lisses d’un côté et d’abîmes étroits et profonds de l’autre. Dans cet environnement abrupt, il faut porter haut le regard pour accrocher la lumière et découvrir un coin du ciel. Ça laisse l’impression d’évoluer dans un décor fantastique dessiné par Schuiten, auquel il ne manquerait que des elfes, des follets et des vouivres pour devenir réalité. Lire la suite ›

Publié dans Courses

A l’Ouest de l’Eden

img_3817 img_3815 img_3802 img_3770 img_3742 img_3741

A l’heure où le soleil enflamme les sommets du Chablais et s’apprête à illuminer le bassin lémanique, le vallon d’Orgevaux est plongé dans une torpeur froide et humide bien automnale. La brume, qui a envahi tout l’espace, du fond du vallon de Villard jusqu’aux crêtes alentours, s’écrase en fines gouttelettes sur les carreaux des fenêtres qui dégoulinent en étroites coulées saccadées sur le verre. Devant le chalet, le feuillage jaunissant du bouleau émerge vaguement dans la lumière blafarde du matin, dans une sorte de flou mouvant, semblant rappeler les atmosphères lourdes des environs du château de Poudlard. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Cinque Terre

img_3697 img_3656 img_3652 img_3648 img_3640 img_3635

Bien que nous ayons migré avec optimisme vers le Sud, la météo locale semble reprendre avec un manque d’imagination navrant les mêmes termes dépressionnaires de nos prévisionnistes suisses. Aussi, bien que traduit avec force couleurs et gestes par nos interprètes Christina, Armando et Francesco dans une interprétation digne de la Comedia del Arte: depressione fredda, nuova instabilità sui mari, possibili trombe marine,  force est de constater que notre enthousiasme risque d’être douché et que le soleil sera plus à trouver dans les verres qu’au-dessus de nos têtes. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Des Audannes aux Otanes

20160910_124456 20160910_162325 20160910_171617 20160910_172222 20160911_083154 20160911_102146

Pourtant, tout avait très bien commencé. La météo capricieuse de l’été, un jour radieux et le suivant couvert ou pluvieux, et qui tourne ainsi dans une incessante farandole, s’était finalement stabilisée. Il y avait bien une petite incertitude, un front couvert qui vient voiler les crêtes de l’horizon et nourrir la crainte d’une averse, mais finalement tout fut bien, sur ce point au moins. Bien sûr, l’abandon de nos deux Corinne, parties établir un chrono marathonien sur les chemins vicinaux des coteaux du Medoc et conquérir d’une foulée légère le cœur des vignerons Bordelais, n’était pas non plus pour arranger les choses. Mais tout de même, des Audannes aux Otanes, il y a un fossé large et profond, qu’un simple coup de fil nous force de franchir en dernière minute : pas de place disponible à la cabane des Audannes ! Lire la suite ›

Publié dans Courses

Couronne de Bréona, 3159m

p1040419 p1040412 p1040410 p1040388 img_3558 img_3565

Rencontre du troisième type

Ça n’aura duré que quelques secondes, deux, peut-être trois. Ce fut tellement inattendu et soudain qu’on est resté ébahi, incrédule devant cette vision fugitive. Pégase, on a vu Pégase ! Un Pégase sans aile et avec des cornes puissantes, libre, au point que les trois dimensions de l’espace lui appartenaient complètement. Un Pegase qui bondit de bloc en bloc dans notre dos à deux mètres et plonge dans la face vertigineuse. Une vision magique à la limite du ciel et tellement brève, que maintenant que l’on est redescendu sur terre, on se demande si on l’a pas simplement rêvée. Lire la suite ›

Publié dans Courses

Le Rocher du Midi, Pays d’Enhaut

IMG_3486 IMG_3489 IMG_3502IMG_3518 IMG_3519 IMG_3535

Chaud ; il faisait vraiment chaud dans l’ascension du Col et l’ombre des arbres ne suffisait pas pour éviter le ruissellement sur nos fronts et dans nos yeux. Il faut dire aussi que la pente est rude. Le sentier sinue sans vraiment s’éloigner de la ligne la plus directe, d’abord dans la prairie du Daillex pour quelques minutes, puis à l’ombre des hauts sapins qui s’accrochent à la pente jusqu’au col. Lire la suite ›

Publié dans Courses