Bientôt Noël …

Une jolie période de l’année où l’on ne songe plus au passé, ni au futur, mais rien qu’aux présents !?

Fidèle à notre tradition montagnarde, le chalet fut cette année à nouveau le théâtre d’un Noël familial et bon enfant.
Deux douzaine de personnes, une de gamins et de jeunes, et l’autre d’adultes, parents et grands parents, se sont retrouvées pour des instants de partage, d’amitié et de joie lyrique autour du sapin et d’un authentique père Noël.

La présence de notre illustre visiteur nous rappelle, qu’il y a quatre âges dans la vie des hommes.
Le premier, celui où on croit au père Noël, le second, celui où on ne croit plus au père Noël, le troisième, celui où on est le père Noël et le dernier, au soir de la vie, celui où l’on ressemble au père Noël.

Celui qui nous rendait visite ce jour-là avait apparemment l’âge de son rôle, guère fatigué de sa longue route. En tout cas, il fit pleinement illusion et repartit sans avoir bu le thé (arrosé) qu’on lui avait préparé.
Erudit, sans doute connaissait-il la tradition tibétaine qui veut que l’on laisse pleine la dernière tasse reçue de son hôte, dans l’attente de son propre retour.

Chacun attendait cette célébration avec cette impatience, que les abondantes chutes de neige de ces derniers jours avaient encore attisée. Cependant, le Père Fouettard, vexé sans doute par tant de gentillesse, de partage et d’amitié tout au long de l’année qui rendait inutile toute velléité punitive, raison d’être du personnage, trouva à sa manière un moyen de manifester sa mauvaise humeur. Les jours précédents notre Noël, il fulmina, souffla tant et plus sa colère contenue, qu’un souffle chaud s’abattit sur toute la région, transformant les flocons en gouttes, les rigoles en torrents, les champs de neige en zones de ruisellement et le mètre de belle poudreuse d’Orgevaux en une masse flasque gorgée d’eau, aussi inlugeable que collante. Seul Julien eut la créativité au niveau de son courage et fit la joie des plus petits en transformant cette matière désespérante en un bel igloo accueillant et ludique.

Timides et intrépides, en trio ou en solo, nos gosses joyeux ont entonné leurs hymnes charmants, plein d’allégresse, ou parfois à peine audibles, délicieusement émouvants pour les parents et grands parents. Fidèles à la pratique peu musicalisée de notre société, les adultes auront quelque peu manqué de rythme et de ferveur dans leurs interprétations, maintenant le niveau de leurs envolées lyriques au niveau des taupinières. Qu’importe, que vous soyez au sommet de la montagne ou à son pied, si vous êtes heureux là où vous êtes. Ainsi, comptines, apéritif et douceurs furent autant de cadeaux, clôturant dans l’amitié et la convivialité cette année montagnarde.

A chacun, un Heureux et Joyeux Noël et Meilleurs Vœux pour une Belle et Riche Nouvelle Année.

Michel

[foldergallery folder=”wp-content/uploads/2012/1212/” title=”Noël au chalet”]